Les conflits au sein du capitalisme familial allemand

Les entreprises familiales représentent un pourcentage élevé des entreprises ETI en France. Leur importance est renforcé par un régime fiscal de faveur permettant une forte exonération des droits de successions pour les héritiers qui maintiennent l’activité et protègent les emplois et salaires. Leur survie est importante pour l’économie, trouver des solutions de succession apparaît dès lors plus que nécessaire. Lister l’ensemble des enjeux nécessiterait plusieurs pages, nous présenterons les principaux par soucis de simplification. Destructions de valeur capitalistique, faillites, scissions... et conséquences sous-jacentes sur le PIB National, les licenciements, pertes de productivité, sont des malheurs qu’il aurait été possible d’éviter si les fondateurs appréhendaient leurs départs à la retraite. Fort heureusement, cette règle n’est pas d’application générale puisque des familles sortent du lot. et ont préparé un « code de conduite familial » pour aborder les thématiques de succession, de vente des actions de l’entreprise, et des directives sur le comportement à respecter pour éviter les conflits de personnes. Bien qu’il ne dispose d’aucune valeur juridique, ce support aura tendance à être suivi au moins par respect pour sa famille. D’autres essayent de faire conclure des accords anticipés, et à défaut d’y parvenir, se dirigent vers une introduction en bourse, ou une cession de leurs parts. Quelques fois, des conflits familiaux ont permis sortir par le haut... Aucun d’entre nous n’aurait connu Adidas ou Puma si les deux frères Dassler ne s’étaient pas fait la guerre en 1948. Quoi qu’il en soit, la succession au sein des ETI familiales est très simple en présence d’un unique descendant ou lorsque les autres ne s’intéressent guerre aux affaires. Les choses se compliquent quand ces critères ne sont plus remplis, les chefs d’entreprises doivent anticiper cette étape pour leur entreprise après eux. Des conseils extérieurs peuvent aider à passer des étapes par leurs compétences et leurs indépendances. Les experts comptables ont ces qualités.

Lire la suite

Une première plutôt bien passée !!

La pandémie du Covid-19 s’est accompagnée d’une forte inquiétude tant au niveau économique général que sanitaire. Fermetures partielles des entreprises, difficultés de recouvrement des créances, pertes en productivité... sont autant de signaux qui inquiètent toujours le monde de l’entreprise. Face à ces menaces, le gouvernement se devait d’agir rapidement en faveur des entreprises pour assurer leur « survie ». Parmi les secteurs les plus à risques, le tourisme, l’évènementiel, et bien d’autres. Les réponses de notre gouvernement ont été rapides, avec les premières mesures de soutien instaurées dès le début 2020. Bercy a annoncé un coût d’abyssal en milliards pour ces mesures, lors de ses annonces en Avril 2021. Mentionner l’ensemble des dispositifs nécessiterait plusieurs pages, nous citerons donc les points majeurs. Au premier trimestre 2020, Le prêt garanti par l’état, les reports et exonérations fiscales, sociales et bancaires, le fonds de solidarité Covid composé de multiples dispositifs dont l’activité partielle, la prise en charge des coûts fixes... Ces mesures ont soutenu la trésorerie des entreprises. Ont pu en bénéficier les entreprises qui respectent certains critères, d’une façon générale les entreprises qui sont touchées par la crise sont inclues dans ce dispositif. Le panel des dispositifs a évolué depuis le début de la pandémie. Ainsi, fin 2021, le fond de solidarité a été doté d’un nouveau dispositif pour les loyers, l’aide complémentaire au fonds de solidarité et l’aide suite à la reprise de fonds de commerce. Le paradoxe et d’une certaine manière la démonstration de l’efficacité des mesures prises est que durant cette crise, c’est au moment ou le PIB français a chuté de plus de 8% en 2020 que le nombre de faillites, lui a considérablement diminué. Les chiffres officiels du Bodacc indique 24000 dépôts de bilan en 2020 contre 40 000 en 2019, soit une chute de 40% ce qui est historiquement bas. La réalité est bien plus complexe comme souvent. En effet, bon nombre d’entreprises ne doivent leur survie qu’à ces dispositifs de soutien étatiques et risquent de dispaître une fois ceux-ci arrêtés et les obligations de remboursement des PGE démarrées. Quoi qu’il en soit, l’état ne devrait pas couper brutalement ces dispositifs en faveur des entreprises, cela pourrait être fatale aux entreprises les plus vulnérables. Notons que le fonds de solidarité a fait l’objet d’une prolongation jusqu’au 31 Mars 2022 par décret (Décret N°2021-1913 du 30 décembre 2021). Les experts comptables sont au près des entreprises pour les aider au mieux à passer ces obstacles.

Lire la suite

Séminaire Marbella

Le groupe Opsione avec ses filiales commence l'année sous le magnifique soleil de Marbella.

Lire la suite

Bulletin mensuel Opsione

Le rebond des succès des introductions en bourse

Lire la suite

Bulletin mensuel Opsione

TELE TRAVAIL, LES PLUS ET LES MOINS

Lire la suite

Bulletin mensuel d’Opsione

Après cette expérience COVID, les chefs d’entreprise sont convaincus que la volatilité des 12 derniers mois n’est pas finie

Lire la suite

Finance Monthly Magazine – M&A Awards 2020 – Accounting & Auditing

Le cabinet Opsione remporte le "Winner of a Finance Monthly M&A Awards 2020".

Lire la suite

Séminaire septembre 2020 à Nice

Comme chaque année les associés du Groupe Opsione ont pu réunir leur équipe pour la rentrée 2020

Lire la suite

Bulletin mensuel d’Opsione

Retour en force des introductions en bourse des jeunes entreprises qui étaient censés s’arrêter à cause du COVID.

Lire la suite

Bulletin mensuel d’Opsione

Le COVID est-il un révélateur des  faiblesses de notre industrie en ce qui concerne ses parts de marché sur la liste des produits dits stratégiques?

Lire la suite